La perle

Si vous lisez nos chroniques bijoutières avec assiduité, vous n’êtes pas complètement novice sur la perle. On en parle dans l’article sur les matières organiques, dans celui sur le blanc et la perle se glisse également parmi les pierres de naissance : associée aux natifs de juin, elle partage la vedette avec la pierre de lune et l’alexandrite (mais c’est toujours elle qui gagne le trophée d’employée du mois).

 

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Sandro Botticelli, La naissance de Vénus, vers 1484-85, Tempera, Florence, Galerie des Offices.

 

 

Les perles étaient surnommées « larmes d’Aphrodite » par les grecs de l’Antiquité. Alors non elles ne naissent pas dans les coquille Saint-Jacques comme la Vénus de Botticelli mais si vous l’ignoriez, chaque dieu ou déesse grec.que. possède son équivalent romain, par exemple Zeus = Jupiter, Artémis = Diane, et donc Aphrodite = Vénus, déesse de l’Amour et de la Beauté.

On a beaucoup à dire sur la perle alors on ne va pas vous dispenser un cours de peinture mais il se trouve que tout dans ce tableau respire la Renaissance italienne. D’ailleurs, le choix de la conque n’est évidemment pas fortuit : il s’agit d’un symbole éculé de l’Histoire de l’Art représentant selon le contexte la fécondité et le plaisir des sens, comme c’est le cas ici – Aphrodite est plutôt orientée amour charnel, à votre avis d’où vient l’adjectif aphrodisiaque ? Ou la pureté et l’innocence, notamment quand elle est associée à la Vierge Marie dans liconographie chrétienne.

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Médaille ancienne Vierge Marie or et perles fines

 

 

La perle possède cette même double-lecture. Elle est d’une part liée à la chasteté des jeunes filles, car la perle, par sa perfection intrinsèque – il s’agit de la seule gemme utilisable sans l’entremise de l’homme contrairement aux pierres précieuses qui nécessitent l’intervention du lapidaire pour révéler leur beauté – a rapidement été associée à la pureté. Sur ce sujet on vous renvoie à notre article sur le blanc. D’autre part, perle et luxure font aussi bon ménage comme en témoigne par exemple la coquine Odalisque Brune de François Boucher.

 

galerie penelope bijoux anciens

galerie penelope bijoux anciens

Odalisque Brune, François Boucher, 1745, Paris, Musée du Louvre

 

Formation et caractéristiques des perles

 

Commençons par le début : il existe deux types de perles, les perles fines et les perles de culture. Les perles d’eau de mer sont produites par les huitres perlières. Elles peuvent êtes naturelles ou artificielles. Les perles d’eau douce, elles, sont recueillies dans les moules mais il s’agit toujours de perles de culture.

La perle se forme par couches successives de nacre qu’un mollusque bivalve, huître ou moule, produit à cause de la présence inopinée d’un corps étranger en son sein.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 Bague Art Déco perle et diamants

 

Parmi les principaux pays de provenance, on peut citer le Golfe Persique, le Sri Lanka, le Japon, l’Écosse, la Suède, les États-Unis, et également la France où les perles de la Vologne étaient récoltées jusqu’au début du XXe siècle.

Jusqu’à cette date les perles sont très rares puisque leur découverte reste le fruit du hasard. On parle alors de perles naturelles, aussi appelées perles fines. Et qui dit rare, dit souvent précieux. C’est le cas des perles qui symbolisent un statut, une autorité, et parent dans la Rome antique les personnages de haut rang. A partir du XVIe siècle, les perles sont assemblées entre elles et portées dans les cheveux. Le XVIIIe possède également un goût particulier pour les perles que l’on associe alors au diamant. On retrouve ensuite cet entichement sous le Second Empire avec l’impératrice Eugénie, grande admiratrice de Marie-Antoinette et passionnée de perles fines, et enfin dans la première moitié du XXe siècle avec les bijoux Belle Époque puis Art Déco.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Jonc manchette or rose et perles fines

 

Si l’on doit la création de la première perle de culture au japonais Mikimoto, qui dans les années 1920 parvient à insérer artificiellement un corps étranger à l’intérieur d’une huître, il semble que son travail s’appuie sur des recherches beaucoup plus anciennes. En tout cas, les perles de culture inondent rapidement le marché et sonnent la fin de l’utilisation exclusive de la perle fine en joaillerie.

Les perles sont cultivées dans des fermes aquacoles. On distingue différentes familles de perles de culture : les perles Akoya, les perles de Tahiti, les perles des Mers du Sud et enfin les perles d’eau douce offrant chacune une variété de couleurs et de formes selon l’huitre ou la moule dans laquelle la greffe a été effectuée.

Par ailleurs, plusieurs types de perles sont recensées, selon leur forme et leur taille : les perles « baroques », très populaires au XVIIIe qui contrairement aux perles « classiques » possèdent un volume non-sphérique, souvent en forme de poire. Les perles « bouton » quant à elles possèdent une base plate et enfin les perles « de semence », toutes petites et irrégulières étaient particulièrement appréciées au XIXe siècle et jusqu’en 1910.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 Bague marguerite diamants et perles

 

Bien sûr les perles fines sont plus exceptionnelles que les perles de culture – on ne mentait pas quand on parlait d’inondation du marché. S’il est parfois difficile de les distinguer l’une de l’autre, il existe quelques astuces pour aider à les différencier. Tout d’abord, contrairement à la perle naturelle la perle de culture possède un noyau parfois décelable à contre-jour. Si toutefois vous ne le voyez pas, il est possible de frotter très délicatement la perle sur votre dent (fraîchement brossée). Les perles fines possèdent en effet un revêtement très légèrement granuleux contrairement aux perles de culture entièrement lisses. Enfin, si votre perle d’une certaine taille est absolument parfaitement ronde, il y a des chances pour qu’il s’agisse d’une perle de culture. On ne dit pas que la perfection n’existe pas dans la nature, mais les perles fines les plus rondes sont relativement petites et pas absolument symétriques à y regarder de très près, ce qui fait d’ailleurs tout leur charme. La bonne nouvelle c’est que l’on en trouve encore souvent sur les bijoux anciens !

Pour le diamant incolore c’est facile une fois que l’on maîtrise les 4C, mais comment évalue-t-on la préciosité d’une perle ? Il existe plusieurs facteurs pour mesurer sa valeur : sa taille, sa forme, l’homogénéité de sa couleur et enfin son iridescence que l’on appelle aussi orient. Contrairement aux perles de culture les perles fines semblent rayonner de l’intérieur. En résumé, plus une perle est grosse, ronde, uniforme et chatoyante et plus elle aura de valeur.

 

 

Parmi les perles célèbres

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Johannes Vermeer, La Jeune Fille à la perle, Circa 1665, Huile sur toile, La Hague, Mauritshuis.

 

Vous connaissez sûrement ce chef-d’œuvre de la peinture hollandaise que l’on appelle parfois la « Joconde du Nord » ! La perle est ici employée en partie pour sa symbolique de pureté, et en partie parce qu’accrochant la lumière elle constitue dans le tableau un point d’ancrage qui guide le regard du spectateur vers le visage de la jeune fille. Il y a d’ailleurs controverse parmi les historiens de l’art, certains pensant en substance que le pendant d’oreille est trop gros pour qu’il s’agisse d’une perle fine et la manière de refléter la lumière de la perle pose aussi question. Si comme nous vous préférez les contes, on vous conseille le livre de Tracy Chevalier du même nom que le tableau fantasmant la vie du modèle et la genèse de l’œuvre.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Pendentif cœur diamants et perles en platine

 

Une autre histoire célèbre met en scène Cléopâtre et est narrée par Pline l’Ancien. Désireuse de séduire le général romain Marc-Antoine, elle l’invite à festoyer en grande pompe sur son navire aux voiles pourpres. Si vous avez lu nos articles sur le violet et celui sur l’émeraude, vous savez déjà que la Reine d’Egypte est du genre crâneuse. Elle déploie donc toute sa richesse pour impressionner Marc-Antoine. Ce dernier, feignant le détachement, conduit Cléopâtre à gager qu’elle peut dépenser dix millions de sesterces en un seul banquet. Le pari est pris, un arbitre est désigné et Marc-Antoine est réinvité par la reine d’Égypte. Le général romain est reçu fastueusement mais pas non plus dans une débauche de luxe, ce qui le pousse à croire qu’il a gagné… c’était sans compter l’ingéniosité de Cléopâtre qui, à la fin de l’histoire, plonge l’une de ses boucles d’oreilles ornée d’une perle fine dans une coupe de vinaigre. Une fois la perle dissoute, elle boit le breuvage, gagne son pari et le cœur de Marc-Antoine.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

Reconnaissez-vous celle qui a incarné Cléopâtre au cinéma en 1962 ? Il s’agit d’Élisabeth Taylor bien sûr ! Elle aussi est au cœur d’un récit mettant en scène une perle d’exception. On vous raconte ?

La Pérégrine est sans doute l’une de perles les plus célèbres au monde. En forme de poire, elle est découverte dans le golfe de Panama en 1579. Rapidement rapportée en Europe, le roi Philippe II d’Espagne en tombe amoureux, se l’offre et la fait monter en broche. Elle restera parmi les joyaux de la couronne d’Espagne jusqu’à ce qu’un certain Napoléon Ier (comment ça, un français ?) se l’approprie au début du XIXe siècle. En 1848 Napoléon III la revend à l’anglais James Hamilton.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Elizabeth Taylor portant la perle Pérégrine dans le film Anne des mille jours, 1969

 

La Pérégrine réapparaît en 1969 lors d’une vente aux enchères et est alors acquise par Richard Burton qui l’offre à sa célèbre épouse Élisabeth Taylor à l’occasion de la Saint-Valentin. La légende raconte que quelques temps plus tard la perle aurait été retrouvée dans la gueule de l’un des chiens de l’actrice… heureusement indemne ! La Pérégrine appartient depuis 2011 à un riche prince des pays arabes.

Si vous doutiez encore de la valeur des perles fines, il se raconte enfin que la maison Cartier aurait acquis son adresse New-yorkaise, au 653 de la Cinquième Avenue, contre deux rang de soixante-quinze perles (au prix d’un million de dollars). Alors à vos coffres à bijoux !

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Bague Toi et Moi perle et diamant

 

Et si vous n’en possédez pas encore, retrouvez une sélection de nos bijoux en perles dans le menu déroulant à droite, ou ci-dessous pour la version mobile.

Fleche, Marquise, BO, Marquise 2, jonc

Pas de jalousie si vous n'êtes pas natifs de Juin, découvrez ici votre pierre de naissance.

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.