Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

SPRING BREAK Reprise des livraisons le 13 Juin

Bijoux religieux

Au-delà de leur qualité ornementale, les bijoux permettent de signifier son appartenance à un groupe social, culturel ou religieux.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Croix en or et diamants taillés en rose

 

 Dès le XIIIème siècle, la religion représente avec l’amour l’un des deux principaux thèmes de la bijouterie. L’Eglise entretient une relation ambivalente avec l’orfèvrerie : elle est à la fois, avec les dignitaires du pouvoir, l’un de ses premiers clients (il suffit de jeter un œil aux objets destinés à la liturgie, aux croix pectorales ou encore aux bagues épiscopales pour s’en convaincre – on vous parles de celles des évêques dans notre article sur l’améthyste) ; mais condamne également la parure. La piété serait en effet synonyme d’austérité : il s’agirait de se contenter de la beauté que Dieu nous a attribuée.

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Michel-Ange, La création d’Adam [Détail], 1508-1512, Rome, Chapelle Sixtine.

 

La vie d’un catholique est jalonnée de plusieurs grandes étapes, nommés les 7 sacrements. Les cérémonies les plus courantes sont encore aujourd’hui : le baptême, puis l’eucharistie aussi appelée « communion », la confirmation, éventuellement le mariage.

En France, on retient deux époques majeures dans l’expansion de la religion chrétienne : tout d’abord au Moyen-Âge (VIIIème siècle) avec l’avènement de la dynastie carolingienne qui induit une christianisation massive puis bien plus tard, au XIXème siècle. A cette période, la France a connu une perte d’engouement pour la religion, amorcée par le siècle des Lumières (XVIIIème) proposant de contrecarrer l’obscurantisme de l’Eglise catholique et accélérée par la révolution de 1789. Au XIXème, l’Eglise décide de rechristianiser la France et va pour cela faire preuve de prosélytisme : elle envoie ses hommes en mission dans les bourgs et les campagnes pour prêcher les Evangiles. Médailles et croix bénites sont alors distribuées massivement aux gens du peuple.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Médaille ancienne au calice sur or rose

 

La tradition des médaille saintes, justement, apparaît quant à elle au XIVème siècle. Elle dérive d’une ancienne coutume papale consistant à frapper des pièces circulaires ornées de l’agneau pascal au début d’un pontificat puis tous les sept ans, à Pâques. Il faudra attendre le XVIème siècle pour que l’Eglise reconnaisse lors du Concile de Trente le culte des saints et qu’apparaissent les médailles de baptême à l’image de certaines figures sacrées telles qu’on les connaît aujourd’hui.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Médaille ancienne en or, Vierge Marie, et émail plique-à-jour

 

Le baptême symbolise l’entrée dans la vie chrétienne, l’enfant devient métaphoriquement celui de Dieu. A cette occasion, il reçoit de nombreux présents. On vous parle par exemple de la tradition d’offrir une cuillère dans notre article sur les métaux précieux et non-précieux. Une branche de corail montée sur argent était également un cadeau populaire au XVème siècle. Il semble en effet que la croyance des qualités prophylactiques du bijou ou de ses matériaux s’est développée très tôt. l’Eglise a d’ailleurs été contrainte d’approuver le corail puisque la tradition a perduré au moins jusqu’aux années 1900, un chapelet de corail rouge dans un œuf en cuir blanc constituait alors une offrande commune pour les nouveau-nés. On vous renvoie à notre article sur le corail pour tout savoir de ses vertus !

 

 

Marie à tout prix

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Anonyme, XIXème siècle, propriété du Couvent des Carmélites Scalzi.

 

Revenons à nos médailles et à la dévotion autour des saints. Le culte de la Vierge Marie, qui se situe tout en haut de l’échelle, possède un nom spécifique : il est appelé hyperdulie. Il s’agit à l’origine d’un mouvement populaire que l’Eglise mettra du temps à reconnaître. Comment expliquer cette adoration que nombre de croyants vouent à Marie ?

Alain Houziaux, docteur en théologie et philosophie et pasteur d’obédience protestante, avance une théorie selon laquelle la carence de la Trinité chrétienne en images féminines pourrait expliquer le développement de la théologie mariale. Le christianisme s’est en effet construit sur trois figures masculines (le Père, le Fils et le Saint-Esprit), aussi la Vierge a-t-elle pu, très tôt, être considérée comme une figure céleste.

Puisqu’on parle du Saint-Esprit, connaissez-vous le bijou du même nom ? On vous montre !

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Pendentif Saint-Esprit, or et émail

 

Bijou de foi, symbole d’amour et de paix, il s’agit d’un pendentif régional apparu au XVIIème mais démocratisé au XIXème siècle. Il figure une colombe stylisée descendant sur Terre représentant l’Esprit Saint et comporte 3 pendeloques symbolisant les larmes du Christ. Traditionnellement offert comme cadeau de mariage, il était courant d’y ajouter une pierre supplémentaire à chaque naissance au sein du couple.

Mais revenons à Marie, qui possèderait entre autres la capacité d’intercéder auprès de son Fils en faveur des catholiques. Elle est également, en tant que mère de l’Enfant Jésus, un symbole évident d’amour maternel et de protection, aussi constitue-t-elle une image de choix pour l’ornement des médailles de baptême.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Raphaël, la Vierge dans la Prairie, 1505-1506, Vienne, Kunsthistorisches Museum.

 

Par ailleurs, parallèlement aux campagnes d’évangélisation du XIXème siècle se multiplient les « apparitions mariales », à savoir des phénomènes surnaturels résultant en une vision de la Vierge. Celle-ci se montre « en personne » à divers endroits. Il s’agit d’un sujet très sérieux puisque ces apparitions ont des conséquences économiques : construction d’édifices religieux, développement du tourisme dans ces lieux de pèlerinage (pensez à Lourdes, par exemple !) et, pour ce qui nous concerne, marché du bijou pieux.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 Médaille ancienne Vierge Marie en or rose

 

 L’Eglise reconnaît 18 apparitions mariales au total. Parmi elles, celle de la rue du Bac à Paris en 1830 qui a donné lieu à une nouvelle représentation de Marie appelée Vierge Miraculeuse et la montrant debout, auréolée, les bras légèrement décollés du corps en signe d’ouverture. Exactement comme sur notre modèle ci-dessus !

Nous avons une seconde médaille qui témoigne également d’une apparition mariale : celle reprenant l’icône de Notre-Dame de Kazan révérée par l’Eglise orthodoxe. Après l’incendie de Kazan en 1579, ville de l’Ouest de la Russie, une petite fille de neuf ans nommée Matrona Onoutchina a une vision de la Mère de Dieu lui indiquant un endroit dans la ville où creuser pour trouver son icône. 

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Pendentif ancien en or, icône Mère de Dieu de Kazan, entouré de diamants

 

Celle-ci figure une Vierge à l’Enfant, thème éculé de l’Histoire de l’Art représentant Marie avec Jésus, bébé, sur ses genoux. Notre pendentif entouré de diamants reprend cette iconographie populaire.

Enfin, la dernière effigie parmi les plus courantes présente la Vierge Auréolée, c’est-à-dire Marie de profil nimbée d’une couronne sainte. Ci-dessous un modèle des années 1920 en or 18kt et perles fines. Découvrez notre sélection complète de Vierges Auréolées dans le menu déroulant à droite, ou à la fin de l’article pour la version mobile.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Médaille ancienne Vierge Marie en or et perles fines

 1, 2,

3, 4

Croix de bois, croix de fer

 

Comme évoqué plus haut, la période médiévale est indissociable de l’Eglise catholique, et pour ce qui nous anime du bijou religieux. Peu de témoignages matériels de cette époque nous sont parvenus. D’une part la préservation du patrimoine est une notion assez récente, et d’autre part l’orfèvrerie était volontiers envoyée à la fonte afin de soutenir l’effort de guerre. Sans compter les guerres de religions et leurs destructions ciblées, ainsi que, de tous temps, la transformation des bijoux remis au goût du jour.

Heureusement pour nous, certains ont échappé à la destruction ! Comme par exemple cette croix du début du XVIIIème siècle originaire d’Europe du Sud, en or et grenats.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Croix ancienne en or 18Kt et grenats, début du XVIIIe siècle

 

S’il s’agit d’un bijou religieux, la croix catholique sur laquelle on souhaite s’appesantir se nomme croix latine. Contrairement à la croix grecque qui possède quatre branches de dimension égale, la croix latine elle bénéficie d’une extrémité plus longue que les autres. Également appelée crucifix, elle est une référence directe à la Crucifixion de Jésus. Elle marque le sacrifice du Christ, son amour des hommes et symbolise enfin l’espoir.

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Giotto, La Crucifixion, 1303-1305, Padoue, Chapelle des Scrovegni.

 

La croix Jeannette, ou croix à la Jeannette est un bel exemple d’ornement en forme de croix latine. Connaissez-vous ce bijou régional ? On le reconnaît grâce aux extrémités particulières de ses bras, de forme géométrique – ovale ou losange. On n’est pas complètement sûrs de l’origine de ce motif, il pourrait avoir été popularisé par une actrice de théâtre, Mlle Bisson, prénommée « Jeannette » dans une pièce de et avec Jérôme Pointu jouée en 1781. Pour l’occasion, la comédienne se serait parée d’une croix suspendue à son cou par un ruban. Néanmoins, d’après L’Observateur des Modes de 1826, la tradition des croix Jeannette serait plus ancienne et leur nom proviendrait du fait qu’elles se donnaient ou s’achetaient à l’occasion de la Saint-Jean.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Croix Jeannette ancienne régionale en or rose 18Kt

 

Porté surtout par les femmes de la campagne, les citadines s’emparent du modèle à la fin du XIXème siècle avant de le délaisser – un peu comme elles ont pu le faire avec les sabots dans les années 70, qui depuis reviennent ponctuellement sur le devant de la scène.

 

Enfin, motif intemporel, la croix traverse les époques en se parant de leurs caractéristiques. Par exemple ce bijou Art Nouveau, période riche d’inspirations naturalistes et qui fait la part belle aux matières organiques présentant un entrelacs de ronces, non sans rappeler la couronne d’épines du Christ.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Pendentif croix Art Nouveau en Or et Corne, Circa 1910

 

D’ailleurs, la mode s’est au fil du temps réappropriée la croix en l’éloignant de sa symbolique religieuse. Aujourd’hui, il n’est pas saugrenu de voir une personne athée parée d’un bijou en forme de croix. Du reste, il ne s’agit pas d’un ornement mais d’un symbole de foi pour les chrétiens. Il semble d’ailleurs que les motifs d’appartenance religieuse (médailles, croix) sont souvent portés par leurs détenteurs sous les vêtements et non dessus. Peut-être aussi parce que la France est un pays laïque ?

 

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Claudia Schiffer pour Vogue, 1992.

 

En tout cas, les croix sont devenues plus décoratives qu’avatars du catholicisme, et chacun peut désormais leur donner un sens personnel. Il serait d’ailleurs intéressant de creuser le sujet de la réappropriation du motif par certaines sous-cultures, comme par exemple les icônes rock. Vous n’imaginez pas, par exemple, ce médaillon au cou de Lou Doillon ? Ou au vôtre bien sûr ! On ne vous refait pas l’article sur les bijoux de deuil, si le sujet vous intéresse jetez un œil aux bijoux de la reine Victoria.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 Pendentif médaillon ancien religieux en or, onyx, diamants et émail

 

 

On est bien conscientes de n’avoir pas du tout fait le tour du sujet des bijoux religieux, et même de celui des bijoux chrétiens, mais il y aurait tellement à dire ! Et les articles sont aussi l’occasion de vous présenter nos collections chinées avec amour.

Sachez qu’on ne revendique aucune appartenance religieuse chez Galerie Pénélope – si vous êtes plutôt branchée philosophie orientale, notre Bouddha en quartz rose est fait pour vous.

La seule religion à laquelle on aurait envie de souscrire ? L’adoration des bijoux évidemment !

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.