Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

SUMMER BREAK livraisons suspendues du 24 juin au 4 juillet inclus

Dans le jardin de Nina Koltchitskaia

Galerie Pénélope poursuit ses rencontres de personnalités aussi inspirées qu’inspirantes, et cette fois c’est Nina Koltchitskaia qui se prête gracieusement au jeu. 

 

Nina grandit en Russie puis s’installe au Laos et en Italie avant de poser ses valises en France, à Paris. Ces déménagements successifs cristallisant sa peur d’oublier, elle ressent très tôt l’urgence de capturer la beauté évanescente des moments de vie. Issue d’une famille d’artistes, on l’encourage alors à photographier et à dessiner afin de fixer ses souvenirs. Ce qui frappe entre autres quand on rencontre Nina, c’est sa poésie. A travers ses mots, les histoires qu’elle évoque, et bien sûr celle de ses peintures. Son œuvre nous rappelle « le printemps [qui] jubile partout », une phrase de Jean Cocteau avec qui elle partage un lien plastique et poétique évident.

 

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

Nina nourrit une affection particulière pour les objets anciens, porteurs d’histoire(s). Dans le cadre de sa collaboration avec David Mechali, elle peint sur des livres de poésie antique qu’elle a elle-même sélectionnés pour leur papier précédemment « touché et aimé » et possédant ainsi une vibration particulière. Car Nina est de ceux qui croient aux résonances. « Tout est vivant » dit-elle, « les objets portent un peu l’histoire de la personne qui les a possédés ».

Avec les bijoux c’est la même chose. Nina se remémore pour nous ses premiers souvenirs et avec eux les parures de sa grand-mère. Elle évoque des vestiges « visuels très tendres » où elle la voit « mettre ses boucles d’oreilles, se faire belle ».

 

Découvrez la sélection romantique de notre muse.

 

 

Fleurs

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». Cette citation d’Henri Matisse caractérise bien Nina qui a soif de beauté et de poésie et puise son inspiration en tout lieu. Les fleurs et elle c’est une folle histoire d’amour : ses toiles comme ses photographies sont remplies de bouquets colorés.

Et puis reviennent les bagues précieuses de sa grand-mère : l’une ornée d’une émeraude, l’autre d’un saphir dans un entourage diamants, sa broche giardinetti  incroyable « avec chaque fleur de couleur différente ». Nina nous emmène dans son jardin secret… rempli de marguerites !

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

 

 

Amour

L’œuvre de Nina démarre par « Left Hand Lovers » une série réalisée sur papier de couleur rose tendre, de la main gauche alors qu’elle est droitière. En résultent des dessins « de la main du cœur » aux lignes aussi timides, un peu maladroites et belles que les amours naissantes. A l’image de sa collaboration avec Rouje, la marque de son amie Jeanne Damas au profit de la Maison des Femmes, il semble que chacun de ses projets suit le cœur de Nina.

 Et le coup de foudre, n’est-ce pas l’affaire de Cupidon ? Dans la mythologie, quiconque est touché par ses flèches tombe amoureux instantanément. Comme Nina avec notre pendentif ornée d’une perle fine et de diamants !

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

 

Musique

Dans le cadre de l’exposition « la Femme fleur et l’oiseau », Nina et son ami David Mechali proposaient à l’hôtel Arvor un rendez-vous entre musique et peinture : « celui des accidents heureux, entre les couleurs de la musique et la danse [des] tableaux » de Nina. Un pont entre leurs deux univers, délicats et oniriques.

« Chaque musique composée ici […] est un oiseau en plein ciel » écrit Nina sur la jaquette du catalogue de l’exposition et vinyle. Cette phrase résume parfaitement les bijoux qu’elle a choisis : une broche hirondelle et une bague en forme de lyre. D’ailleurs, l’instrument nous évoque à nouveau Cocteau et sa passion pour le mythe d’Orphée. Connaissez-vous l’histoire ? Fou de chagrin à la mort de sa femme Eurydice, il descend la chercher aux Enfers en séduisant toutes les créatures qui y résident grâce à sa lyre. Celle sélectionnée par Nina est épuisée, mais il nous en reste une ornée de turquoises disponible ici !

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

 

Couleur(s)

La seconde influence évidente dans la peinture de Nina, c’est Henri Matisse à qui l’on a déjà fait référence. Cet incroyable coloriste commence à dessiner à l’aide d’une boîte de pastels offerte par sa mère pour le divertir enfant lors d’une longue convalescence. Matisse emprunte aux impressionnistes leurs ombres colorées mais concentrera rapidement ses recherches autour de la simplicité de la forme et de la couleur pure, qui trouveront leur plus juste expression dans les papiers découpés de la fin de sa vie. Son œuvre est tendre, joyeuse et colorée à l’image de celle de Nina. Violet améthyste, bleu saphir et vert émeraude : elle créée sa propre palette de couleurs parmi nos bagues anciennes.

 

 Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

Galerie Penelope Paris Bijoux Anciens

 

 

*

Découvrez l’univers poétique et délicat de Nina via son compte Instagram, et « stay tuned » comme elle dit !

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.