La harpe d'or, partie 1

 

 

Ce pendentif n’est pas une harpe ordinaire: il symbolise toute la noblesse et la grâce d’un instrument dont les premières épopées artistiques se perdent dans la nuit des temps. Basée sur un modèle traditionnel de harpe celtique, sa création est le fruit d’une commande inédite qui se tint à l’époque Victorienne.


Le Duc de Broxmouth souhaitait offrir un bijou original à son épouse, rendant hommage à sa personnalité singulière. Aussi, il avait fait appel aux services du plus réputé des maîtres-joailliers de la Cour royale.


Lorsque la commande fut officialisée, le maître-joaillier demanda à rencontrer immédiatement la Duchesse de Broxmouth. Il fut ébloui par son tempérament solaire, sa vivacité d’esprit, ainsi que la fraîcheur naturelle de sa beauté.
Au cours de leur conversation dans les jardins du château, cette dernière lui fit part de sa passion pour les arts : en particulier la musique. le maître-joaillier comprit alors pleinement les motivations du Duc à vouloir célébrer sa bien-aimée.


En discutant de la commande avec son frère, également son associé, le maître-joaillier eut alors l’intuition suivante. Le bijou personnalisé se devait d’être un hommage à la fibre artistique de la Duchesse de Broxmouth.
Quelques jours plus tard, le maître-joaillier se trouvait non loin des terres de Broxmouth. Sur le chemin du retour, il décida alors de rendre une visite de courtoisie à la Duchesse.

 

 

Découvrez dès maintenant la suite : La harpe d'or, partie 2