Emily in Tokyo, partie 2

 

galerie pénélope paris bijoux anciens

 

 

La même année, Emily fut invitée à Tokyo par une amie devenue conseillère culturelle à l’Ambassade du Royaume-Uni. Celle-ci avait fait la surprise à Emily de l’intégrer sur la liste de la délégation britannique présente à l’inauguration du sanctuaire shinto Meiji.

Trouvant les discours protocolaires ennuyeux, Emily prit la liberté de quitter les tribunes officielles. Au bout d’un certain temps de marche, elle pénétra dans le jardin impérial. Imaginé par l’empereur pour sa femme, cet écrin de verdure était dédié à Amaterasu : la déesse du soleil.

Pendant de longues minutes, le jardin fut caressé par les rayons d’un soleil lumineux. Magnifié par la lumière dorée, sa forme triangulaire majestueuse sauta aux yeux d’Emily. Elle se sentit alors en totale symbiose avec l’atmosphère sacrée et paisible du lieu. 

Une fois rentrée à Londres, Emily restait saisie par l’harmonie qu’elle avait éprouvée en ce haut lieu culturel japonais. Hautement inspirée, elle empoigna ses crayons et dessina d’une traite un triangle stylisé. Sa forme symbolisait celle du jardin impérial ensoleillé. Ses couleurs or/blanc/ocre rappelaient celles de l’auguste divinité qui illumine le ciel du pays du soleil levant.

De ce triangle stylisé, Emily développa une série de bijoux épurés. Ce pendentif pyramidal pavé de diamants en fut la pièce iconique et triompha à l’exposition internationale des Arts Décoratifs de 1925. Les lignes audacieuses de ces petites merveilles épousaient harmonieusement la silhouette d’une femme résolument moderne. De cette manière, Emily contribua personnellement à l’émancipation des femmes des années trente.

 

 

galerie pénélope paris bijoux anciens

Pour en savoir plus sur cet objet, c'est par ici ;)
Pendentif Art Déco or et diamants

 

 

 

 

Texte de Jean-Philippe Samarcq.